Dans ce contexte pandémique où nous devons adopter de nouvelles pratiques de communication interpersonnelle et d’équipe à distance, il est pertinent de se questionner au sujet des aspects à prendre en compte pour optimiser l’expérience du groupe de codéveloppement professionnel en mode virtuel (GCPV). Parmi les différents aspects à prendre en compte, j’ai envie de vous parler de la qualité de présence à distance.

Comment peut-on démontrer et vivre cette qualité de présence à distance ? En quoi la qualité de la présence de chacun, chacune influence-t-elle les apprentissages et la satisfaction, lors des séances de GCPV ? Et d’abord, qu’est-ce que la présence ?

Dans un contexte d’apprentissage en ligne – comme c’est le cas dans le cadre d’un GCPV – dans la littérature scientifique, la présence est souvent déclinée ainsi : a) la présence de la personne qui a la responsabilité d’animer, former ou accompagner un groupe de personnes apprenantes ; b) la présence sociale et la présence cognitive des personnes apprenantes. Ces trois formes de présence sont des facteurs qui interagissent et qui influencent l’expérience d’apprentissage dans un environnement virtuel.

La présence de la personne qui a la responsabilité d’animer, former ou accompagner un groupe d’apprenants

On dit que la présence de la personne qui a la responsabilité d’animer, former ou accompagner un groupe d’apprenants influence le rapport affectif qu’ils développent par rapport à leurs apprentissages. Elle influencerait aussi la satisfaction quant à ces apprentissages. Le leadership d’accompagnement exercé par une personne animatrice de GCPV est donc important pour créer un environnement stimulant qui facilitera le développement, chez les personnes participantes, d’un rapport affectif positif envers leurs apprentissages. L’exercice d’un tel leadership permet d’actualiser la visée première d’un GCPV, c’est-à-dire d’appuyer le développement professionnel des personnes participantes.

La profondeur des apprentissages qui sont faits en ligne dépend donc en partie du leadership d’accompagnement de la personne qui anime et du design de l’activité (structure) qu’elle propose. Ces apprentissages dépendent également du sens créé durant l’activité et de la nature et de la qualité des interactions dans le groupe, ce qui fait référence à la dimension sociale de la présence.

La présence sociale, en contexte de GCPV, peut être comprise comme le fait de ressentir qu’on est véritablement en lien avec les unes et les autres, dans notre groupe. La présence sociale serait un prédicteur de la satisfaction globale. Et plus spécifiquement, la perception qu’on a des autres personnes apprenantes dans notre groupe, y compris la personne animatrice, influencerait la satisfaction quant aux apprentissages. Aussi, la perception de sa propre présence sociale influencerait l’autoévaluation de notre performance.

Plusieurs dimensions sont à prendre en compte pour comprendre ce qui peut influencer la présence sociale dans un contexte d’apprentissage en mode virtuel :

  • le contexte;
  • les caractéristiques des personnes participantes/apprenantes;
  • le type de plateforme de communication utilisée ;
  • les consignes transmises (par rapport au design de l’activité, au fonctionnement, aux attentes de participation, etc.);
  • la qualité de la communication et des interactions.

Toutes ces dimensions favorisent la création d’un sens de communauté entre les personnes apprenantes/participantes. Il importe d’ajouter à cette liste aussi le facteur de la vie privée qui peut influencer la manière de manifester sa présence sociale, en contexte d’apprentissage en ligne. En effet, ce facteur fait varier le niveau de confort qu’ont les personnes à participer et à apprendre en ligne, en partie, en lien avec l’évaluation qu’elles font du risque de se dévoiler en ligne.

Les participants qui ressentent un plus haut degré de présence sociale augmenteraient leur expérience socio‐émotionnelle en utilisant des « émoticons » pour s’exprimer de manière non verbale. Un haut degré de présence sociale perçue par l’ensemble des membres d’un groupe peut influencer la qualité de la présence cognitive.

La présence cognitive se manifeste à travers un discours qui dévoile une pensée critique et réflexive ainsi qu’une posture d’apprenant.e au sein d’un groupe. Elle peut être facilitée, dans un contexte de GCPV, par la personne animatrice : par exemple en communiquant sa curiosité, ses réflexions, ses apprentissages et son intérêt pour les apprentissages des membres du groupe.

Enfin, d’autres facteurs sont à prendre en compte pour comprendre les barrières à l’apprentissage en ligne, tels que des défis administratifs, les habiletés liées au processus d’apprentissage, les habiletés technologiques, les motivations de la personne apprenante et d’autres caractéristiques individuelles, le temps et le soutien à l’apprentissage, les coûts et l’accessibilité à Internet ainsi que des problèmes technologiques.

En conclusion, il est possible de démontrer et de ressentir la présence malgré la distance. Les éléments énoncés plus haut fournissent des pistes pour optimiser l’expérience du groupe de codéveloppement professionnel en mode virtuel (GCPV).

Bibliographie

Garrison, D. R., Anderson, T. et Archer, W. (2001). Critical thinking, cognitive presence, and computer conferencing in distance education. American Journal of Distance Education, 15(1), 7‑23. 10.1080/08923640109527071

Garrison, D. R. et Cleveland-Innes, M. (2005). Facilitating Cognitive Presence in Online Learning: Interaction Is Not Enough. American Journal of Distance Education, 19(3), 133‑148. 10.1207/s15389286ajde1903_2

Gunawardena, C. N. et Zittle, F. J. (1997). Social presence as a predictor of satisfaction within a computer‐mediated conferencing environment. American Journal of Distance Education, 11(3), 8‑26. 10.1080/08923649709526970

Kupczynski, L., Ice, P., Wiesenmayer, R. et McCluskey, F. (2010). Student perceptions of the relationship between indicators of teaching presence and success in online courses. Journal of Interactive Online Learning, 9(1), 23‑43.

Muilenburg, L. Y. et Berge, Z. L. (2005). Student barriers to online learning: A factor analytic study. Distance Education, 26(1), 29‑48. 10.1080/01587910500081269

Russo, T. et Benson, S. (2005). Learning with invisible others: Perceptions of online presence and their relationship to cognitive and affective learning. Educational Technology & Society, 8(1), 54‑62.

Tu, C.-H. (2002). The relationship between social presence and online privacy. The Internet and Higher Education, 5(4), 293‑318. 10.1016/S1096-7516(02)00134-3

Tu, C.-H. et McIsaac, M. (2002). The Relationship of Social Presence and Interaction in Online Classes. American Journal of Distance Education, 16(3), 131‑150. 10.1207/S15389286AJDE1603_2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *